Contactez-nous

Actualités

Avez-vous intérêt à transférer l’épargne de votre PERP ou de votre MADELIN sur un PER ?

21/10/2019

Globalement, si vous détenez un PERP ou un Madelin, le PER offre davantage de souplesse tout en conservant les avantages fiscaux.

L’épargne versée sur un PERP ou un Madelin est en principe bloquée jusqu’à l’âge de la retraite. Il est néanmoins prévu des cas de sortie anticipée qui permettent de débloquer l’épargne avant la retraite.
Le PER offre un cas de déblocage supplémentaire : il est désormais possible de débloquer l’épargne pour l’achat de la résidence principale.

Au moment de la retraite, le PERP prévoit une sortie en rente viagère ou bien la possibilité de débloquer 20% de l’épargne sous forme de capital. Il est également possible, sous certaines conditions, de récupérer la totalité de l’épargne sous forme de capital afin de disposer d’un apport personnel pour acheter sa résidence principale. Quant au Madelin, il ne prévoit qu’une sortie en rente viagère, il n’est pas possible de sortir en capital, même partiellement.
Avec le PER, le titulaire bénéficie d’une plus grande liberté d’utilisation de son épargne : au moment du départ en retraite, les retraits pourront être effectués librement en rente ou en capital, en une fois ou de manière fractionnée.

Les sommes versées sur un PERP ou un Madelin sont déductibles des revenus (dans la limite du plafond prévu).
Avec le PER, le titulaire aura toujours la possibilité de bénéficier de cette déductibilité.

La loi PACTE offre de nouvelles opportunités fiscales pour dynamiser votre épargne retraite. Nous sommes à votre disposition pour vous accompagner dans la mise en place de ces nouveaux dispositifs et répondre à toutes vos questions.

Cyberattaques : Les comprendre pour mieux se défendre

27/04/2019

Une entreprise sur cinq a été visée par plus de dix tentatives de fraude en 2018, contre une sur dix en 2017. La menace cyber s’intensifie lourdement. Et la facture s’alourdit conjointement pour les organisations. 13 % des entreprises attaquées ont en effet subi un préjudice au-delà de 100 000 euros … (source : 5ème baromètre sur la cybercriminalité et la fraude)

Définies comme « une atteinte à des systèmes informatiques réalisée dans un but malveillant », les cyberattaques incluent la cybercriminalité, l’atteinte à l’image, l’espionnage ou encore le sabotage informatique. Comprendre les cyberattaques est devenu une nécessité afin de réagir vite et de la façon la plus efficace.

L’attaque par déni de service distribué : quézako ?

Le déni de service distribué (Distributed denial-of-service ou DDoS en anglais) est une attaque particulièrement redoutée par les PME-PMI, artisans et commerçants. Elle vise à rendre une application informatique incapable de répondre aux requêtes de ses utilisateurs et a pour objectif d’anéantir les serveurs en les submergeant de trafic inutile.

Ce type d'attaque est extrêmement complexe à bloquer puisque les serveurs et applications ne peuvent simultanément gérer qu'un nombre limité de requêtes. Le niveau de service de l’entreprise peut donc en être lourdement impacté :

  • Blocage du système d’information
  • Panne du site internet et contamination de celui-ci
  • Arrêt des applications métiers Impossibilité d’accès aux données de l’entreprise

Le rançongiciel ou quand vos données sont prises en otage …

Technique d’attaque bien connue dans le domaine de la cybercriminalité, le rançongiciel (ou ransomware en anglais) consiste en l’envoi à l’internaute d’un logiciel malveillant, qui chiffre l’ensemble de ses données et lui demande une rançon en échange de celles-ci.

Le système informatique de l’entreprise peut par exemple être infecté suite :

  • à l’ouverture d’une pièce jointe d’un expéditeur inconnu ou trompeur ;
  • après avoir cliqué sur un lien malveillant sur un site ou un email frauduleux ;
  • en téléchargeant des logiciels piratés ou de sources inconnues ;
  • ou parfois juste en naviguant sur des sites peu fiables (sans https)

Si vous vous retrouvez face à une telle situation, alertez sans délai votre service informatique ou votre prestataire habituel, et surtout déposez plainte à titre conservatoire.

Dans tous les cas, il est déconseillé de payer la rançon réclamée car vous n’avez aucune garantie de récupérer vos données.

Focus sur l’hameçonnage

L’hameçonnage (appelé également « phishing » en anglais) est une approche détournée qu'utilisent les cyber escrocs pour pousser les internautes à révéler des informations confidentielles, comme :

  • Les mots de passe
  • Les numéros de CB
  • Le numéro de Sécurité sociale et autres informations personnelles

Ces messages semblent provenir d’organisations légitimes (votre opérateur téléphonique, votre transporteur ou votre banque) mais il s’agit en réalité d’emails contrefaits qui vous dirigent vers de faux sites où l'on vous demande d’actualiser des informations personnelles.

Ces escroqueries sont malheureusement monnaie courante de nos jours et ne peuvent pas être supprimées. Toutefois, elles peuvent assurément être détectées en faisant preuve d’une certaine vigilance.

3 bons réflexes pour naviguer en toute confiance sur Internet

Les PME et entrepreneurs se sentent de plus en plus menacées, 74% déclarant que leur entreprise est exposée aux attaques informatiques. Pour éviter de se retrouver face aux risques cyber, quelques réflexes de prudence s’imposent.

/ L’installation d’un anti-virus
Un anti-virus de qualité est indispensable pour vous prémunir d’éventuelles attaques et protéger vos différents appareils électroniques. Pensez par ailleurs à les mettre régulièrement à jour afin de vous prémunir des menaces les plus récentes.

/ Une vigilance accrue quant aux pièces jointes
Pensez à ne jamais ouvrir les pièces jointes figurant dans des emails provenant de personnes inconnues. Un fichier texte ou une image ont toujours une extension de fichier qui précise son format (.jpg, .gif, .png; .txt…). Lorsqu'il s'agit d'un virus, ces extensions sont parfois erronées. La méfiance s’impose.

/ Restez prudent en toutes circonstances
Veillez à ne jamais communiquer d’informations personnelles sur un site, sans avoir vérifié au préalable que ledit site est sécurisé par l’emploi d’un certificat électronique SSL. Pour cela, deux informations sont affichées par le navigateur et doivent être vérifiées :

  • L’adresse URL du site doit commencer par « https:// » et le nom du site doit correspondre à l’attente de l’utilisateur.
  • Un petit cadenas vert doit figurer à côté de l’adresse du site, ou en bas à droite de la barre d’état symbolisant le principe de navigation sécurisée.

En outre, lorsque vous souhaitez faire des achats sur Internet, assurez-vous du caractère sérieux du site marchand. Ce dernier ne doit jamais vous demander de saisir votre code secret associé à votre carte bancaire par exemple. Des règles de bon sens s’imposent.

A retenir

En matière de cybersécurité, les entreprises françaises font face à des attaques de plus en plus importantes en termes de dommages. Comprendre les cyberattaques est une chose, s’en prémunir en est une autre. Les experts s’accordent d’ailleurs pour dire que 10% des budgets informatiques des entreprises devraient être alloués à la cybersécurité.

Déclarer un sinistre
Demande de devis
Demande d'informations
Contactez-nous
Pour une demande de devis, d’information ou de rendez-vous. Un conseiller vous appellera !
Téléphone

01 40 07 03 99

Adresse

103 rue de Miromesnil 75008 Paris

Horaires

Ouverture 5 jours/7
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 12h30
et de 13h30 à 18h30

Accès

Métro : arrêt VILLIERS Ligne 2 et Ligne 3
Bus : 30, 53, 94

Email

Veuillez remplir le formulaire